« Pour un Syndicalisme de Lutte de Classe et de Masse

Accueil ] Remonter ] 48ème Congrés de la CGT ] 47ème Congrès de la CGT Mars 03 ] Non à la Guerre ] Retraites ] Santé Protection Sociale ] Collectifs Nationaux ] Europe ] Conférences Internationales ] Nos Fondements ] Amis de C. L. CGT ] Archives ]

Accueil
Remonter
Dernière minute
Education Syndicale
Nos Coordonnées
Le Rassembleur : Notre revue
Sommaire
Téléchargement
Contactez nous !
Adhérer
Vers d'autres sites
Rechercher sur le site

 

Paris le 29 juin 2002

 

APPEL du Collectif national

Le Collectif National CL. CGT s'est réuni à Paris le 29 Juin 2002. Ayant fait l'analyse, politique, économique et sociale de la situation, il décide de lancer un appel à la mobilisation de masse et à l'action unie des travailleurs contre les attaques sans précédent du Capital.

Nous sommes en régime capitaliste où règne la propriété privée des grands moyens de production et des banques où les rapports de production et les relations de travail sont fondées sur l'exploitation de classe de l'Homme par l'Homme, où dominent les politiques des sociétés transnationales et le grand capital financier .

Le fonctionnement du système capitaliste est basé sur la recherche du profit maximum et l'accumulation du capital, au mépris de toute logique humanitaire, écologique et sociale . Pour répondre durablement aux graves problèmes de société d'aujourd'hui, les solutions ne résident pas dans un quelconque aménagement du système capitaliste, mais dans son abolition et son remplacement par la socialisation des grands moyens de production et d'échange .

Le capitalisme est traversé par une crise sans précédent depuis la deuxième guerre mondiale, cependant que la classe ouvrière et les couches populaires qui en supportent les conséquences, sont de plus en plus pressurées et opprimées .

Au cours des dernières années nous sommes entrés dans une ère de grave instabilité économique et sociale, de dégradation des libertés fondamentales, de développement du racisme et de la xénophobie .

Si les événements du 11 septembre 2001 aux États-Unis ont précipité le mouvement de dégradation internationale, avec le danger de développement de guerres impérialistes, les indices caractérisant les contradictions capitalistes se sont accumulés et accentués : baisse durable des taux de croissance des pays développés, récession économique mondiale, krachs boursiers à répétition, scandales politico-financiers (Enron, World Com, Vivendi Universal, et d'autres en perspective) chute des hautes technologies provoquant un effondrement de la "nouvelle économie", investissements productifs en baisse, regain du chômage et de la précarité, en même temps que se profilent les licenciements par dizaines de milliers etc…

La politique néo-libérale menée tant par les gouvernements de droite que de "gauche" coûte très cher aux travailleurs, aux populations modestes et à fortiori aux populations du tiers monde asphyxiés par la dette .

La mondialisation capitaliste s'est attaquée frontalement à la fois aux patrimoines nationaux, aux biens collectifs, par la privatisation, et à la fois aux acquis sociaux des travailleurs par la déréglementation des droits du travail, la précarisation de l'emploi liée au développement du chômage, l'abaissement du pouvoir d'achat des salariés et retraités, la remise en cause des protections sociales, des garanties statutaires et conventionnelles au fur et à mesure que progressent les privatisations, les restructurations ou autres délocalisations d'entreprises . En France, la vente des entreprises publiques qui ont été à la pointe du progrès depuis la Libération, ont représenté 462 milliards de francs (70 milliards d'euros) de 1986 à2001 dont 204 milliard (près de 32 milliards d'euros) sous le seul gouvernement Jospin .

En cas de crise majeure, le capitalisme a besoin de se redéployer (recolonisation de pays stratégiques, conquêtes de marchés etc.) et la guerre constitue un des moyens expérimentés pour y accéder. Sous prétexte de combattre le terrorisme, l'impérialisme nord-américain et ses alliés européens ont fait le choix de la guerre et se préparent à d'autres interventions armées. Les coûts de la guerre sont toujours payés par les populations laborieuses des pays agressés, comme des pays agresseurs. Il faut bannir et combattre la guerre.

Les dernières élections présidentielles et législatives témoignent d'une crise politique sans précédent depuis la Libération. Face à l'agression sans cesse plus marquée de la bourgeoisie capitaliste dans une crise économique majeure où les droits et acquis sociaux des travailleurs volent en éclat, les Partis de gauche et les Confédérations syndicales (y compris la CGT) ont trahi la classe ouvrière par leur désertion du combat de classe. Ainsi, la montée de l'extrême droite a-t-elle été favorisée par une rupture entre le monde du travail dans le désarroi, et des organisations intégrées au système capitaliste, notamment à travers la CES (Confédération Européenne des Syndicats) chargée d'accompagner l'application des mesures antisociales de Maastricht .

L'extrême droite est une composante politique ultra-réactionnaire au service du grand capital (près de 40% des patrons ont voté FN) . La droite conservatrice, pour répondre aux revendications du MEDEF et aux exigences européennes de Maastricht-Amsterdam, a dû intégrer les thèmes extrémistes du FN au point que le programme Chirac-Raffarin ne pouvait qu'être imprégné du discours de Le Pen : sécurité, répression, privatisations, baisse des impôts pour les plus riches, suppression des charges sociales patronales, atteinte au droit de grève et droits syndicaux etc… Les premières mesures gouvernementales confirment l'engrenage fascisant de la politique chiraquienne.

Outre la vague de privatisations en perspective (une douzaine d'entreprises), le démantèlement annoncé de la Fonction Publique, les 60 milliards de francs votés pour la "sécurité-répression", les travailleurs vont devoir payer la facture des cadeaux fiscaux aux plus riches et au Patronat, avec l'avalanche d'augmentations des tarifs publics :SNCF-RATP-EDF-GDF-Téléphone-La Poste etc … . La droite musclée de retour au pouvoir montre sa détermination antisociale .

Si le discrédit a été jeté sur la classe politique en alternance de pouvoir depuis 20 ans, les syndicats et la CGT en particulier, ont leur part de responsabilité. Si la CGT avait joué son rôle d'organisation de lutte de classe, à l'initiative et à la tête des mouvements pour les coordonner et les fédérer au lieu de faire allégeance à un gouvernement de "gauche" menant une politique de droite, nul doute que la conscience et le rapport de force serait tout autre aujourd'hui pour affronter l'ennemi de classe. Ainsi, les syndicats et militants CGT de la base, avec les travailleurs paient-ils très cher l'orientation désastreuse d'une direction confédérale et d'une aristocratie syndicale corrompue.

L'accompagnement syndical des politiques néo-libérales a favorisé les replis professionnels et corporatistes, anéantissant du même coup les solidarités nationales des travailleurs, tant dans les luttes que dans les revendications. Les résultats désastreux dus à l'éparpillement et l'isolement des actions a mis en relief la nocivité du syndicalisme de "négociation" privilégiant le "dialogue social" empoisonné, face au combat de classe du patronat .

En conséquence, il faut redonner confiance aux travailleurs dans leur capacité d'action à faire échec au Patronat et au Gouvernement :

les aider à prendre conscience de leur communauté d'intérêts en se saisissant de toutes les revendications professionnelles, interprofessionnelles, économiques, sociales, démocratiques pour en faire des objectifs de lutte ;

leur ouvrir des perspectives crédibles de changement de société dans lesquelles ils puissent ancrer leurs luttes quotidiennes ;

les appeler à l'union pour un front de lutte élargi à d'autres couches sociales victimes du Capital, tels les exploitants familiaux agricoles , petits artisans etc…

Enfin, il faut ré-impulser la bataille pour le renforcement de l'organisation syndicale sur des positions et une stratégie de classe à partir d'une plate forme unificatrice sur fond de projet de société anticapitaliste .

Dans un monde où les sociétés transnationales et le Grand Capital financier exploitent les travailleurs du monde entier, oeuvrent à les mettre en concurrence entre eux, le syndicalisme d'aujourd'hui doit être profondément internationaliste . Il doit recréer les liens organiques et fraternels entre les travailleurs des différents pays, notamment européens .

Le syndicalisme de lutte de classe CGT- incontournable pour battre le capital - dont les travailleurs ont besoin doit se dégager totalement de la CES, une confédération syndicale européenne dont le rôle est d'accompagner l'application des Traités de Maastricht-Amsterdam, en dévoyant les luttes décisives contre le Capital.

CL. CGT, résolument attachée au syndicalisme de lutte de classe et de masse, appelle les militants et syndiqués CGT à se ressaisir pour construire un rapport de force capable d'inverser la situation .

Battre le Pouvoir et la Patronat, pour des perspectives de changement de société ; implique de préparer le terrain des luttes en organisant et impulsant la mobilisation unitaire des travailleurs sur la base d'une plate-forme revendicative unificatrice d'intérêt général et professionnel .

Restituer l'outil syndical dont les travailleurs ont besoin, suppose les renforcement du mouvement "Continuer la CGT", seul capable de faire échec à l'orientation et aux restructurations ultra-réformistes que la Direction CGT entend faire passer au 47ème Congrès .

 

Signer et faire signer cet appel, adhérer au mouvement CL. CGT c'est faire revivre un syndicalisme de lutte de classe, de masse, unitaire, porteur de progrès d'avenir, ouvrant la perspective de changements anticapitalistes , vers le socialisme .Adresser cet appel à : Roger NADAUD 94, boulevard de Picpus 75012 PARIS

Paris le 29 Juin 2002

Je signe l'appel

 

Nom…………………………………. …………………..Prénom ……………………………….

Adresse……………………………………………………………………………………………..

Code postal …………………… Ville……………………………………………………………..

Tel ………………………………….

 

Syndicat de :……………………… Signature

 

 
Accueil Dernière minute Education Syndicale Nos Coordonnées Le Rassembleur : Notre revue Sommaire Téléchargement Contactez nous ! Adhérer Vers d'autres sites Rechercher sur le site
Pour toute question ou remarque concernant ce site
  agnes.clcgt@wanadoo.fr
Dernière modification : 28 juillet 2003