« Pour un Syndicalisme de Lutte de Classe et de Masse

Accueil ] Remonter ] 48ème Congrés de la CGT ] 47ème Congrès de la CGT Mars 03 ] Non à la Guerre ] Retraites ] Santé Protection Sociale ] Social et luttes ] Collectifs Nationaux ] Conférences Internationales ] Nos Fondements ] Amis de C. L. CGT ] Archives ]

Accueil
Remonter
Dernière minute
Education Syndicale
Nos Coordonnées
Le Rassembleur : Notre revue
Sommaire
Téléchargement
Contactez nous !
Adhérer
Vers d'autres sites
Rechercher sur le site

 

Sommaire

  1. LE DEMANTELEMENT « PAR LE BAS »

  2. LE CAPITALISME C’EST LA GUERRE !

  3. IL N’Y A PAS DE BONNE EUROPE CAPITALISTE !

Sommet des chefs d’état et de gouvernements européens des 13 et 14 octobre 2000 à Biarritz

A BAS L’EUROPE CAPITALISTE !

L’Europe à laquelle il nous est demandé d’adhérer est :

Une machine à laminer les salaires, les conditions de travail et toutes les conquêtes sociales.

Un dispositif guerrier dont se sert l’OTAN pour renforcer l’hégémonie des plus puissants.

Un instrument supranational de lutte de classe des exploiteurs contre les exploités.

Depuis plus de quarante ans, cette Europe est synonyme de chômage, d’austérité, de gâchis économique et de guerre.

LE DEMANTELEMENT « PAR LE BAS » 

En France, le chantage à la compétitivité a permis la liquidation de la sidérurgie, de la construction navale et de l’industrie textile.

En agriculture, la disparition de centaines de milliers d’exploitations familiales a permis d’engraisser les trusts de l’agro-alimentaire qui nous imposent aujourd’hui, leurs hormones et leurs semences trangéniques.

C’est au nom de « l’intégration européenne » que tous nos acquis sociaux sont remis en cause 

Flexibilité et dérèglementation des conditions de travail sont le résultat le plus tangible de la loi anti ouvrière sur les 35 heures.

Les chômeurs sont culpabilisés, la précarité de l’emploi devient la règle en matière de contrat de travail. Le nombre de « travailleurs pauvres » (vivant en dessous des normes sociales) est en augmentation constante.

Notre protection sociale, le droit à la santé pour tous, notre système de retraite par répartition sont attaqués et menacés de destruction.

L’Ecole Publique et sa laïcité sont aussi dans le collimateur de Bruxelles.

LE CAPITALISME C’EST LA GUERRE !

Avec la Guerre du Golf et l’intervention militaire en Yougoslavie, un coup décisif a été porté à la souveraineté nationale des états européens. La situation de guerre actuelle en Palestine découle directement de la politique impérialiste des USA et d’Israël soutenue par l’Europe.

Sous le prétexte humanitaire (ou de lutte contre la drogue aujourd’hui en Colombie), il s’agit en fait d’imposer la loi du G7 et des Etats-Unis à tous les peuples qui osent contester la loi des multinationales.

IL N’Y A PAS DE BONNE EUROPE CAPITALISTE !

La démarche qui prétend « démocratiser » oeuvrer en « faveur d’autres choix » en se coulant dans le moule existant, livre les travailleurs à l’exploitation capitaliste.

« Pour l’Europe mais contre Maastricht », « L’Europe autrement », « L’Europe Sociale », « Citoyen, décideur, acteur en Europe », toutes ces formules ont pour point commun de discuter des modalités d’application tout en acceptant le principe de l’intégration dans l’Europe du capital.

Les forces politiques et syndicales qui se situent sur ce terrain couvrent en réalité les plans de la bourgeoisie, elles accréditent le mythe d’une Europe qui se situerait en dehors des intérêts de classe.

La Confédération Européenne des Syndicats (C.E.S.) est un des rouages du capitalisme international, une organisation de collaboration de classe dont le rôle spécifique est d’appuyer la politique d’intégration dans l’Europe capitaliste.

Cette situation souligne l’urgence d’un combat soutenu contre les idéologies et les pratiques de collaboration de classes qui gangrènent toutes les organisations ouvrières.

L’essentiel est dans la situation présente, de renforcer la résistance, de refuser les plans d’intégration et d’en entraver l’application chaque fois que cela est possible.

Pour cela, il est indispensable de nouer des liens à l’échelon international pour être en mesure de coordonner les luttes dans les entreprises et les secteurs concernés.

Biarritz le 12 octobre 2000

Sommet des chefs d’état et de gouvernements européens des 13 et 14 octobre 2000 à Biarritz

Accueil Dernière minute Education Syndicale Nos Coordonnées Le Rassembleur : Notre revue Sommaire Téléchargement Contactez nous ! Adhérer Vers d'autres sites Rechercher sur le site
Pour toute question ou remarque concernant ce site
  agnes.clcgt@wanadoo.fr
Dernière modification : 20 avril 2001