« Pour un Syndicalisme de Lutte de Classe et de Masse

Accueil ] Remonter ] 48ème Congrés de la CGT ] 47ème Congrès de la CGT Mars 03 ] Retraites ] Santé Protection Sociale ] Social et luttes ] Collectifs Nationaux ] Europe ] Conférences Internationales ] Nos Fondements ] Amis de C. L. CGT ] Archives ]

Accueil
Remonter
Dernière minute
Education Syndicale
Nos Coordonnées
Le Rassembleur : Notre revue
Sommaire
Téléchargement
Contactez nous !
Adhérer
Vers d'autres sites
Rechercher sur le site

 

NON A LA GUERRE US !

 

« Continuer la CGT » a ressenti avec la plus grande émotion, la douleur des familles victimes des actes terroristes qui ont frappé les États Unis d’Amérique. Elle exprime sa solidarité tant avec les victimes de l’attentat contre le World Trade Center, les passagers et équipages des avions qu’avec les sauveteurs et agents de sécurité mis à rude épreuve.

« Continuer la CGT » exprime la même solidarité qu’à l’égard des victimes des agressions perpétrées par les États Unis et ses alliés européens de l’OTAN contre les populations de l’Irak (guerre du Golf et embargo) et de Yougoslavie (Kosovo) où des armes radioactives ont été utilisées avec toutes les conséquences qui pointent aujourd’hui sur les personnes directement touchées mais aussi, des soldats ayant participé aux opérations. Faut-il rappeler la guerre au Vietnam, au milieu du siècle dernier où la barbarie US a fait plusieurs millions de morts, déversé des milliers de tonnes de défoliants, de napalm, laissant encore de nos jours, des stigmates de dégénérescence sur les populations ?

Les douloureux événements du 11 septembre, ne devraient-ils pas conduire le peuple de « l’Amérique profonde » à mesurer la dangerosité des responsabilités de ses gouvernants dans la tragédie du World Trade Center et la guerre de 10 ans annoncée par G.W. Bush ?

Alors que les États Unis violent le secret de la communication par la mise sur écoutes de la planète entière pour conjurer le terrorisme, il est pour le moins curieux que des attentats aussi spectaculaire et meurtriers aient pu aboutir ?

Ousmana Ben Laden et les Talibans qui ont été les instruments des États Unis, formés et financés par ces derniers, pour combattre les Soviétiques et la révolution démocratique afghane (voire plus récemment le financement des « rebelles » de l’UCK au Kosovo dans la guerre en Yougoslavie), sont aujourd’hui désignés, sans le commencement d’une preuve, comme les ennemis jurés de G.W. Bush. En effet quinze jours après l’attentat du World Trade Center, l’opinion publique internationale attend toujours les preuves de l’implication des personnes désignées à la vindicte, à commencer par Ben Laden en personne.

Dès le lendemain de l’attentat les États Unis ont décidé d‘attaquer l’Afghanistan au prétexte que Ben Laden « coupable » serait protégé dans ce pays. Alors que le secrétaire d’État à la défense reconnaît que les États Unis « fourniront plus tard les preuves », tout semble se passer comme si la guerre dans cette région était programmée sans véritable rapport avec le 11 septembre. Alors, les enjeux ne dépasseraient-ils pas le simple objectif terroriste même si celui-ci y joue son rôle ?

 

 

En tout état de cause, il est évident qu’au lendemain du drame vécu par les victimes à New York et Washington les États Unis ont posé leur exigence d’un soutien inconditionnel (« qui n’est pas avec nous est contre nous » a déclaré Bush) des autres nations pour consolider leur hégémonie mondiale fragilisée.

Le premier à accourir aux États Unis a été le Président français pour apporter ce soutien attendu ; et ce ne sont pas les trémolos du gouvernement sur le même registre qui peuvent rassurer le peuple français, quand on sait que les autres chefs d’états européens se sont quasiment tous mis au garde à vous à l’heure qu’il est.

Face à ce carnage qui se dessine, il ne peut être question de soutenir une « croisade pour le bien » (cf.G.W.Bush) quand il s’agit d’une guerre visant à coloniser ce pays stratégique aux convoitises impérialistes établies de longue date.

Combattre le régime théocratique fascinant des talibans soutenu par les USA quand cela les arrangeait contre le »péril communiste » ne doit pas conduire à substituer aux talibans un régime colonial sous domination américaine servant de base militaire contre les états environnants. Car le nouvel ordre mondial, impérialiste signifie la recolonisation des continents et la vassalisation de l’Europe.

En conséquence, « Continuer la CGT » appelle les travailleurs à refuser « la croisade pour le Bien » de G.W. BUSH en affirmant leur :

 

- Non à la guerre des États Unis, en Afghanistan et ailleurs,

- Non à la participation et au soutien de la France,

- Condamnation du non-respect du droit international,

- Oui à la paix, à la démocratie, au progrès social,

- Abolition de l’OTAN,

- Des crédits pour la santé et l’emploi, pas pour la guerre !

 

Paris, le 26/09/01

 
Accueil Dernière minute Education Syndicale Nos Coordonnées Le Rassembleur : Notre revue Sommaire Téléchargement Contactez nous ! Adhérer Vers d'autres sites Rechercher sur le site
Pour toute question ou remarque concernant ce site
  agnes.clcgt@wanadoo.fr
Dernière modification : 29 septembre 2001