« Pour un Syndicalisme de Lutte de Classe et de Masse

Accueil ] Remonter ] 48ème Congrés de la CGT ] 47ème Congrès de la CGT Mars 03 ] Non à la Guerre ] Retraites ] Santé Protection Sociale ] Social et luttes ] Collectifs Nationaux ] Europe ] Conférences Internationales ] Nos Fondements ] Amis de C. L. CGT ] Archives ]

Accueil
Remonter
Education Syndicale
Nos Coordonnées
Le Rassembleur : Notre revue
Sommaire
Téléchargement
Contactez nous !
Adhérer
Vers d'autres sites
Rechercher sur le site

 

Paris le 26 mai 2003

25 MAI 2003

600 000 manifestants ou 1 million ?

Volonté de développer ou de freiner les luttes ?

Qu’on ne s’y trompe pas la bataille des chiffres qui a eu lieu sur les ondes le 25 Mai après midi jusqu’au soir, n’est pas seulement une affaire mathématique. Pour les uns, comme pour les autres !

De mémoire des anciens (sexagénaires et au-delà) on n’avait jamais vu une manifestation de cette ampleur depuis Mai 1968.

En début d’après-midi ce 25 Mai, les médias voient, à travers la manifestation qui a dû se scinder en trois cortèges (cortège par Bercy, cortège par gare de Lyon Austerlitz, cortège par Bastille) pour atteindre la Place d’Italie = près d’un million de personnes.

En effet, pendant des heures, toutes les rues transversales du Boulevard Diderot étaient bloquées sur des centaines de mètres de part et d’autres. Côté Cours de Vincennes, les manifestants (en majorité d’Ile de France) sur plus d’un kilomètre, sont restés bloqués jusqu’à 15 heures de l’après-midi avant de commencer à être « délestés » par le Boulevard de Picpus, via Bercy, pour atteindre la Place d’Italie.

Au total, près de 7 heures de défilé d’une marée humaine que l’on n’avait jamais vue à Paris depuis des décennies.

Et puis, vers 16 heures, une radio annonce le chiffre de 150 000 personnes selon la Police et 400 000 selon les organisateurs. Étrange ! De la part de la Police, le grotesque le dispute à la désinformation. Mais côté organisateurs, on peut se demander qui a fourni un tel chiffre aux médias ?

Puis en fin d’après-midi, les chiffres semblent affinés tout de même à la hausse. La chaîne de télé régionale Ile de France, au flash de 19 heures annonce une marée humaine de 5 à 700 000 manifestants ! Pour qu’une télé, qui subit, comme les autres chaînes le dicktat du Pouvoir (politique et économique), annonce une telle participation à cette heure-ci, signifie que la manipulation des chiffres de participants à la manifestation, n’était pas close, afin qu’elle soit convenable pour les deux parties : d’une part pour le Pouvoir qui doit se sortir du bourbier et de l’autre, pour les directions syndicales confédérales dont les déclarations affligeantes n’en finissaient pas de supplications à l’égard du gouvernement sur « l’ouverture de véritables négociations ».

Il est clair que les leaders syndicaux ne veulent pas affronter le Pouvoir et le Patronat et pour cause ! B. Thibault déclare aux médias (25 Mai 03 au matin) qu’il ne souhaite pas « en arriver au blocage de l’économie », cependant que la veille, le secrétaire général de la FSU défendait mordicus une nécessaire réforme des retraites. Tout au plaisir de Fillon !

Au soir de la manifestation, tous les leaders syndicaux (CGT-FSU-UNSA-CFTC) faisaient chorus devant les médias pour exiger « l’ouverture de négociations », sachant que toutes les organisations ont d’ores et déjà donné un accord virtuel au gouvernement pour les 40 annuités de cotisations public-privé, gage d’ouverture en direction de Raffarin pour aller vers un compromis gagnant en faveur de la Bourgeoisie Capitaliste .

Comme le 3 Avril, comme le 1er Mai, comme le 13 Mai, chacun a pu observer la rupture entre la base qui exige le retrait des projets Fillon-Ferry-Raffarin, et les hautes hiérarchies syndicales qui s’acharnent à défendre de « véritables négociations » inscrites dans un compromis historique de régression sociale sans précédent depuis plus d’un demi-siècle.

Tous les médias et journaux télévisés de 20 heures ce 25 Mai, étaient alors bien calés, sans contestation possible sur le nombre de participants à la manifestation de Paris : 300 000 selon la Police, 600 000 selon les Organisateurs. Pas un de plus, pas un de moins ! Compromis ? Pourquoi pas ! Les Organisateurs gagnaient 150 000 manifestants sur les propositions de la Police mais en concédaient 400 000 voire plus au nom du « syndicalisme de négociation ». Les leaders syndicaux réformistes ont besoin d’appui des masses, mais pas trop pour ne pas avoir à ramer à contre courant d’un mouvement qui bousculerait les règles établies du « partenariat social ».

Qu’on se souvienne de Décembre 1995 : Nicole Notat avait défendu sans réserve le plan Juppé (continuité assurée par Chérèque en 2003). Au 45ème congrès de la CGT, les délégués étaient montés en force dès le premier jour pour appeler à la grève générale. L. Vianet secrétaire de la CGT, soutenu par B. Thibault « leader » du mouvement de 1995, allaient monter au créneau pour enrayer cet appel et au contraire, répondre favorablement au rendez-vous social de négociation du 21 décembre 1995, convoqué par Juppé. On voit où on en est aujourd’hui !

Les cause produisant les mêmes effets, les militants de la base et les travailleurs doivent en tirer les conséquences et les enseignements, car cette fois-ci, les réformes proposées, même négociées, consacreraient un recul social de plus d’un demi-siècle.

Partout la grève reconductible préparant la grève générale en solidarité avec les populations laborieuses est la seule planche de salut pour les travailleurs et retraités. Ceux qui freineront ou entraveront ce processus prendront un lourde responsabilité historique.

 

Paris le 26 Mai 2003

 

* Selon des informations de bonne source, de nombreux appels téléphoniques de militants et –ou manifestants sont parvenus aux médias radio-télévisées pour leur faire part de leur étonnement sur les chiffres annoncés en cours de journée. Sans doute, n’est-ce pas un hasard si Antenne 2, au journal télévisé de 20 heures, éprouvait le besoin d’expliquer avec force détail (pas forcément convaincant d’ailleurs) comment étaient établis les comptages des manifestants par les renseignements généraux pour la Police.

 
Accueil Dernière minute Education Syndicale Nos Coordonnées Le Rassembleur : Notre revue Sommaire Téléchargement Contactez nous ! Adhérer Vers d'autres sites Rechercher sur le site
Pour toute question ou remarque concernant ce site
  agnes.clcgt@wanadoo.fr
Dernière modification : 19 septembre 2004